Difference between revisions of "Malbois2011"

From emcawiki
Jump to: navigation, search
(BibTeX auto import 2018-09-28 03:34:43)
 
Line 1: Line 1:
 
{{BibEntry
 
{{BibEntry
|Key=Malbois2011
+
|BibType=ARTICLE
|Key=Malbois2011
+
|Author(s)=Fabienne Malbois;
 
|Title=Les catégories de sexe en action. Une sociologie praxéologique du genre
 
|Title=Les catégories de sexe en action. Une sociologie praxéologique du genre
|Author(s)=Fabienne Malbois;
 
 
|Tag(s)=categorization practices; gender; praxeological sociology; sex categories; social relationships
 
|Tag(s)=categorization practices; gender; praxeological sociology; sex categories; social relationships
|BibType=ARTICLE
+
|Key=Malbois2011
 
|Year=2011
 
|Year=2011
 +
|Language=French
 
|Journal=Sociologie
 
|Journal=Sociologie
 
|Volume=2
 
|Volume=2

Revision as of 15:36, 28 September 2018

Malbois2011
BibType ARTICLE
Key Malbois2011
Author(s) Fabienne Malbois
Title Les catégories de sexe en action. Une sociologie praxéologique du genre
Editor(s)
Tag(s) categorization practices, gender, praxeological sociology, sex categories, social relationships
Publisher
Year 2011
Language French
City
Month
Journal Sociologie
Volume 2
Number 1
Pages 73
URL Link
DOI 10.3917/socio.021.0073
ISBN
Organization
Institution
School
Type
Edition
Series
Howpublished
Book title
Chapter

Download BibTex

Abstract

Cet article reprend, à la lumière des épistémologies féministes, un questionnement proprement sociologique. Il aborde en effet la catégorie « femme » en tant qu'elle est une modalité du classement des personnes en fonction du genre. Discutant les conceptualisations de C. Delphy et I. M. Young, il commence par souligner avec J. Widmer que le genre n'a, en réalité, pas la capacité de définir les relations sociales. Il montre par ailleurs, en s'appuyant sur les travaux de H. Sacks notamment, qu'il est important (a) de distinguer entre femme comme « individu empirique » et femme comme « classe de personnes » et (b) de prendre en compte les pratiques ordinaires de catégorisation des personnes. Ces deux principes sont en effet les conditions nécessaires au développement d'une sociologie pleine et entière, qui traite les catégories de sexe comme des thèmes de l'enquête et non pas comme des ressources pour la mener. L'article discute ensuite la philosophie poststructuraliste du genre de Judith Butler. Cette théorie offre, avec la notion de performance, une approche adéquate des identités de genre dans la mesure où celles-ci sont con\ccues comme des phénomènes émergeant dans l'action. Confrontée à l'ethnométhodologie du genre de H. Garfinkel, dont elle partage un nombre certain de similarités, il appara\^it toutefois que la thèse de J. Butler ne permet pas de rendre compte des catégories de sexe en usage, en raison d'une conception inaboutie de la scénarité du monde social. De l'autre côté, la thèse de l'accomplissement du genre soutenue par l'ethnométhodologie de H. Garfinkel se montre incapable de penser « le faire à nouveau » autrement que comme « un faire à l'identique ». À partir de l'analyse de quelques situations de la vie quotidienne, l'article tente alors de mettre en œuvre une sociologie praxéologique des catégories de sexe qui échappe à cette double aporie. This paper deals with a genuinely sociological issue in the light of feminist epistemology: it studies the category of woman as a means of classifying people according to gender. Discussing the gender theories advanced by C. Delphy and I. M. Young, it first emphasizes, with J. Widmer, that gender is actually incapable of determining social relations. Based on H. Sacks's studies, it also shows how important it is to (a) distinguish between woman as an empirical individual and woman as a class of people and (b) take into account the ordinary practices of categorization. These two principles are the necessary conditions for developing a complete and strong sociology that treats sex categories as topics of inquiry rather than as resources for conducting it. Afterwards, the paper discusses J. Butler's poststructuralist philosophy of gender. This theory, with the notion of performance, offers an adequate approach to gender identities inasmuch as they are conceived as phenomena emerging from action. Confronted with H. Garfinkel's ethnomethodology of gender, it would appear, however, that Butler's performance thesis does not allow one to take into account sex categories that are in use due to a poor conception of the scripted nature of the social world. On the other hand, the accomplishment thesis of gender supported by H. Garfinkel is unable to conceive of doing again in any other way than doing the same. Through an analysis of a few everyday life situations, the paper finally seeks to implement a praxeological sociology of sex categories that escapes this twofold aporia.

Notes